dimanche, décembre 31, 2006

L'opération Pollux

En juin 1953, avec l'accord de l'Empereur Bao Daï, un protocole est signé à Hanoï entre le général Cogny, commandant des troupes terrestres du Nord Vietnam et Deo Van Long, Président de la Fédération Thaï. Il prévoit la création d'un Groupement de Marche de Partisans Thaïs (GMPT) de 10 000 Thaïs chargés de la défense de la Fédération. Les crédits affectés à cette création étaient à l'origine destinés au GCMA (Groupe de Commandos Mixte Aéroportés) dont les opérations de part et d'autre du fleuve Rouge sont extrêmement prometteuses. Ils lui feront cruellement défaut pour le développement des maquis et des zones de recueil envisagés en particulier autour de Dien Bien Phu.
En octobre 1953, 27 compagnies d'une centaine d'hommes chacune ont été créées, stationnées dans les régions de Son La, Phong Tho, Laïchau. Cinq autres seront constituées à partir des Thaïs Noirs libérés par l'opération Castor. Raymond Muelle

memopnha.com

La fédération Thaï

Dans les montagnes tourmentées du nord-ouest du Tonkin, vers la frontière de Chine, existe une Région Thaï, dont la plupart des habitants ne sont pas des Viêtnamiens. En 1947, il est décidé de fonder dans cette contrée une "Fédération Thaï" autonome qui devra, pour préserver son territoire, lutter contre les troupes Viêtminh de Hô-Chi-Minh. Au fil du récit, ce sont la vie et les épreuves de populations perdues parmi les montagnes et déchirées par la guerre. Ce sont aussi les espoirs, les luttes, les peines, les pensées, de ceux de toutes origines qui cherchent à restaurer la paix et à construire un Pays Thaï, en dépit des obstacles, des malentendus, des doutes. Sous une forme romancée, les faits historiques et humains sont fidèlement retracés. Avec l'arrivée des forces de Mao-Tse-Tung à la frontière proche, la situation va peu à peu se détériorer. Les troupes de Hô-Chi-Minh parviendront alors à envahir le Pays Thaï en 1952 et 1953. Ceci aboutira en mai 1954 au désastre de Diên-Biên-Phu. Bien plus tard, après les années de l'intervention américaine, l'armée du Nord-Viêtnam prendra la capitale du Sud, Saïgon, en avril 1975, à l'issue d'une trentaine d'années de guerre. Ainsi, les Thaïs se trouvent-ils à présent citoyens d'un Viêtnam réunifié sous l'autorité des successeurs du président Hô-Chi-Minh. Mais ils sont restés fidèles à leurs traditions et n'ont pas perdu leur sympathie pour la France. Edouard Chapuis
voir son livre